Une idée, un projet

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, octobre 1 2007

Perl, perl, perl ou bien..... ?

Après tant de temps passé à tergiverser autour de l'idée, du nom, il allait devenir urgent de commencer vraiment à travailler sur ce projet.

Bon, alors, ce framework perl, ou j'en étais. Ah, oui, encore tout ça à faire avant de vraiment pouvoir me lancer.

Hmmm et si je trouvais mieux ? Tiens par exemple "Catalyst", ce framework perl utilisé sur certains projets au boulot....

Allez hop, c'est parti pour un week-end de lecture de documentation..... bon ok, le week-end en question fut surtout consacré à profiter du soleil qui faisait, une fois n'est pas coutume, son apparition...

Bon, Catalyst c'est bien. Plein de plugins, c'est top. Sauf qu'avant d'avoir un truc qui fonctionne, va falloir un moment, le temps de comprendre comment ça marche...

Tiens, dans un article sur Catalyst on parle de Jifty. Hmmm, qu'est-ce donc ? Bon, voici donc un framework perl qui reprend le principe de Ruby on Rails. Ca m'a l'air pas mal.

Un autre week-end de soleil à lire - vi vi de temps en temps un nuage se fait un peu trop présent - de la doc, des tutoriaux et ainsi de suite. Bon finalement pas grand chose qui aborde plus que la base, malgré le fait que ça m'avait l'air bien puissant.

Et puis là le déclic. Pourquoi se contenter d'une imitation ? Il était temps de regarder sérieusement du côté de RoR (Ruby On Rails).... j'avais eu l'occasion de voir vite fait de quoi il s'agissait lorsqu'un ex-collègue avait testé, un soir. D'autant plus que RoR est "à la mode" dans le monde du "Web 2.0"...

Bon, c'était reparti pour un tour : lecture de docs, tutoriaux et... hop.

Le modèle de données du projet était déjà bien avancé, maintenant que j'avais les billes en main pour commencer, je pouvais créer ma "première application Ruby On Rails".

Enfin quelque chose qui s'affiche dans mon navigateur...

La suite, au présent, au prochain numéro...

mardi, septembre 25 2007

Voyelle. Consonne. Consonne.

O.M.S.

C'est le nom de code officiel du projet. Il s'agit de l'acronyme du futur nom du site, composé donc de trois mots...

En effet après bien des recherches, un nom m'est enfin apparu qui était ET clair ET cool ET disponible !

Le nom de domaine (non, pas oms.com !!) est déjà réservé (quand même !), mais pointe actuellement dans le vide.

Bientôt... une page temporaire....

Un jour...

dimanche, septembre 23 2007

Au shacker, s'il vous plait

Rendez-vous était pris. Ce serait fin Août, dans un appartement d'une résidence de vacances avec piscine, au bord de la mer.

Quelques illustres cerveaux allaient se retrouver autour d'une table et puiser au fond de leurs grises cellules la matière nécessaire à faire grandir ce projet.

Les intervenants - tous actuels et anciens collègues de la même société marseillaise - avaient été prévenus encore et encore.

Quand l'heure arriva, ils ne furent que deux à se présenter chez l'organisateur de cette soirée. Cette surprise, pour le moins désagréable au premier abord, avait le mérite de servir de filtre pour savoir sur qui compter par la suite.

Les ressources nécessaires à l'effusion d'idées étaient prêtes : bières fraiches, nourriture fast-foodesque (à défaut de pizzas...), bloc-notes...

Le petit groupe commença - tels de vieux amis enfin réunis - à se raconter maintes anectodes de leurs vies plus trépidantes les unes que les autres. Puis il fut temps.

Le moment n'avait pas été prémédité, mais quand l'hôte de la soirée se fendi d'un "Bon !" sec mais chaleureux, tout le monde compris de quoi il était question et, l'échauffement étant manifestement terminé, ils étaient prêt à passer aux choses sérieuses.

Comment raconter les heures qui suivirent. Ce ne fut en effet qu'échanges d'idées, d'opinions, de prises de notes, d'explications, de remarques sur l'existant...

A la fin de la soirée, je me retrouvais la tête pleine d'idées, toutes vite fait annotées sur le papier - au cas où - et la machine s'emballa.

A peine mes invités furent-ils reconduits à leurs véhicules, que mon cerveau se mit en mode "imagination" et, les yeux fermés, se vit en train de naviguer sur le site qui venait, en quelques échanges, de se construire.

C'était une riche expérience que ce brainstorming et le projet commençait vraiment à avoir un réel potentiel.

Pour le meilleur. Et seulement le meilleur.

Développement : OFF

Après plusieurs heures - réparties sur une certaine période - je me suis vu obligé d'arrêter le développement de ce projet.

Non pas que l'envie n'y était pas, non. Mais un évènement innatendu est survenu : le décès pur et simple de mon protégé... euh pardon, de mon Portégé R200 de chez Toshiba, acquis plus d'un an auparavant.

Sans mon pc portable, je perdais tout le temps que je consacrais à ce moment là au projet : mon transport en train de banlieue.

Oh j'avais bien un autre portable, plus vieux de quelques années... mais transporter en permanence 3kg au lieu de 1kg - sans parler de la différence de volume - n'était pas une chose à laquelle j'étais prêt.

J'ai bien failli à un moment craquer pour acheter - cher - son successeur (le R500, de la même gamme du même constructeur..) sur le point de sortir... puis me suis retenu, la dépense étant trop extravagante.

J'allais devoir me contenter de mon vieux portable...

En attendant cet évènement fut un réel coup de frein et il n'allait plus se passer grand chose - hormis le lancement de ce blog - d'ici la fin de l'été.

dimanche, septembre 16 2007

Développement : ON

Il fallait bien se lancer.

Bien content d'avoir fait le choix d'utiliser mon framework, je pouvais m'atteler à la tâche bien plus rapidement qu'en partant de zéro.

Mais comme je le disais, j'avais du travail avant de commencer, il me fallait ajouter quelques fonctionnalités à mon framework.

Et c'est ainsi qu'une partie de mon temps (c'était avant l'été) fut consacré à ajouter la gestion des utilisateurs...

dimanche, septembre 9 2007

Idée évolutive

L'idée de base de ce nouveau projet était quand même relativement simpliste. Il ne fallait pas bien longtemps pour l'expliquer et encore moins pour avoir droit aux aux questions naïves, toujours les mêmes : "mais ça va intéresser qui ?", "comment tu gagnes de l'argent ?" et j'en passe et des meilleures.

Sauf que moi j'y croyais. Bien sûr il faudrait étoffer un peu le tout, bien choisir les ingrédients nécessaires à rajouter pour en faire un plat à la saveur inoubliable...

C'est là qu'un de mes ex-collègues et ami marseillais (aujourd'hui - entre autres - éditeur du blog équitation) arriva. Quelques heures et une partie de brainstorming en ligne plus tard, j'avais la tête pleine de piste à explorer.

Ça commençait à prendre forme.

Et ça n'allait pas s'arrêter là.

samedi, septembre 8 2007

Technologiquement, ça passe

Suite à mes déconvenues concernant mes ex-collègues et leur participation à la réalisation de ce projet, j'ai du me résoudre à voir les choses en face : j'allais devoir tout faire tout seul, du moins dans un premier temps.

Ne me voyant pas réinventer la roue - encore - et bénéficiant d'un framework plus ou moins modulaire développé en perl (par moi-même) pour le compte du projet mort-né Enoctis, il me semblait évident de partir de là, même si un grand travail allait devoir être effectué.

Les trois points bloquants que j'allais devoir m'atteler à résoudre rapidement étaient les suivants :

  1. pas de gestion d'utilisateurs : gênant pour un site où l'utilisateur en est le centre...
  2. une architecture html à base de tableaux : et oui, c'est un framework (wysiwyg) de l'ancienne école... je connaissais déjà les CSS à l'époque, mais pour ce qui était de la mise en forme et de la sémantique, ce n'était pas encore ça... Et aujourd'hui, je me serais senti gêné de sortir un site "web2" à base de tableaux...
  3. pas d'Ajax : toujours dans l'esprit web2, l'ajax est important et j'imagineais sur le site certaines interactions nécessitant les requêtes de type Ajax...

J'ai donc commencé à m'atteler à la tâche.

Deux questions restaient en suspens : combien de temps cela allait-il me prendre, et quel en serait le résultat ?

jeudi, août 9 2007

Connexion neuronale

Lors de mon précédent job, sur Marseille, je me trouvais dans une équipe du tonerre. Malheureusement complètement sous-exploitée par un patron à côté de la plaque. Mais une équipe du tonerre.

Si je devais un jour travailler avec d'autres personnes sur un projet perso, ce serait eux, et personne d'autre.

Devant le peu de réactivité suite à la mailing-list dédiée à la recherche du nom, il me fallait passer à l'étape supérieure.

Je me suis donc feint d'un long mail logiquement nommé "proposition", où je leur expliquait mon souhait de travailler avec eux.

Malheureusement je ne reçu pas l'écho escompté et je me retrouvais non seulement quasiment sans réponse, mais en plus avec un forum - créé par l'occasion - vide de contenu.

Heureusement la messagerie instantannée vint à mon secours et une première connexion se fit avec l'un d'eux.

Qui n'allait pas être inutile, loin de là.

mercredi, août 1 2007

Réflexion pour un baptême

Que font les parents quand un nouveau né s'apprête à arriver dans la famille ? Ils lui cherchent un nom. C'est d'ailleurs souvent source de discordes.

J'avais bien le fameux mot-clé, celui noté pour ne pas oublier mon idée. Un mot-clé parfait car résumant en deux syllabes la fonction principale du site.

Sauf que les vautours d'internet étaient déjà passés par là. Oh rien d'extraordinaire, juste un énième site-à-pub, juste là pour engranger quelques dollars, comme pour tant d'autres noms de domaines basés sur des mots usuels...

Il me fallait trouver autre chose. Après de maintes tentatives grâce au whois de Gandi et à des sites tels que Psychic Whois ou encore Bust a Name, je n'avais pas avancé. Rien.

Il était temps d'augmenter la masse cérébrale allouée à ce projet en faisant appel à quelques amis. Ce fut l'occasion pour moi de mettre à plat mon idée, de façon concise et claire. Quelques pincées de recommandations sur la recherche de domaines et la petite mailing-list pouvait être lancée.

Un bon coup de shaker plus tard et nous voilà enfin avec... rien. Enfin rien de concluant, peut-être une idée, mais pas suffisamment convaincante pour que s'ensuive l'enregistrement du nom.

On allait en rester là pour l'instant.

mardi, juillet 31 2007

Le réveil

C'était un matin. Je me levais pour me rendre à mon nouveau boulot. La sonnerie du réveil avait du interrompre un rêve à ce sujet car je n'ai pu me sortir cela de la tête : l'idée était de retour. Elle me martelait le crâne de l'intérieur, semblant me dire que c'était son dernier sursaut et que si je n'en faisais rien, elle s'éteindrait telle une étoile qui a trop vécu et que l'on n'a point vu.

Bien sûr je me suis posé la question : pourquoi celà m'arrivait maintenant alors que je venais de rejoindre les rangs de Gandi.net ? Celà faisait presque deux mois que j'étais en inter-mission, mais non, maintenant... Peut-être que le surcroît d'énergie lié à ce nouvel emploi avait activé quelques neurones depuis longtemps endormis.

Quoi qu'il en soit, elle était là et bien là. Il ne faudrait pas tarder à la baptiser histoire d'officialiser la chose...

mardi, juillet 24 2007

Le sursaut

Quelques semaines après la naissance, en discutant avec les mêmes amis, je me suis remémoré cette idée et je leur en ai vaguement parlé. Très vaguement même, car ils ont une approche d'internet très basique si je puis dire, l'utilisant uniquement pour des recherches sur un sujet très précis, ou pour accomplir des tâches simples telles que l'achat de billets SNCF.

Pour résumer, très loin de l'esprit web 2.0 qui hantait mon esprit à cette époque (j'avais récemment quitté une société qui venait de rater le virage 2.0 que j'aurais tant souhaité lui voir prendre)

Le débat n'alla pas plus loin que le simple exposé de l'idée, aussi je l'oubliai de nouveau.

Mais elle était toujours là, dans un coin d'une salle d'archives mal éclairée, prenant la poussière avec tant de ses congénaires.

Et comme les autres, elle allait y rester un moment.

Mais elle n'avait pas disparu.

La naissance

La scène se passe dans le sud de la France, un soir d'automne. Tard. Très tard.

Après une soirée de parties de cartes entre amis, arrosée de quelque substance alcoolisée, il est temps d'aller se coucher. Pour moi, ce sera sur le canapé.

J'allume mon ordinateur portable dont je ne me sépare que rarement, pour un petit tour rapide sur mes mails, histoire de vérifier si le monde - le mien - tourne touours. Et hop, dodo.

Paf, un flash. Et si je... Mais...

Ouh là il faut absolument que je note cette idée avant de sombrer totalement. Je rouvre l'ordinateur, ouvre un fichier freemind, nomme le noeud principal d'un mot clé, un seul, représentant à lui seul cette idée.

Et j'enregistre, automatiquement sous ce même nom.

Et je m'endors.

Et j'oublie.

page 2 de 2 -